16 novembre 1900 – 5 janvier 1994

Elisabeth Junek (née Pospíšilová), la plus célèbre pilote de course des années 20, est née le 16 novembre 1900 à Olomouc, dans l’actuelle République tchèque. En 1920, elle et son frère Stanislav ont séjourné en France, où Elisabeth prend le volant d’une voiture pour la toute première fois.

En 1922, elle rentre à Prague où, en juin de la même année, elle épouse Čeněk Junek. Elisabeth souhaite partager la passion de son époux pour le sport automobile, et passe un examen de conduite. De 1922 à août 1924, elle accompagne son mari dans ses courses. Ils achètent la délicate Bugatti type 29/30, gagnante du Grand Prix de Brescia, qu’ils ont vue pour la première fois à Paris.

Au cours de sa brève carrière de pilote (septembre 1924 – juin 1928), Elisabeth maîtrise les courses de côte, les courses sur circuit et les courses de longue distance, mais son plus grand succès est la Targa Florio en Sicile. Sa première Targa (en 1927) fut écourtée, car sa Bugatti T37 tomba en panne alors qu’elle occupait la deuxième place. Cependant, l’année suivante, elle termine en cinquième place, malgré des problèmes avec sa Bugatti T35B dans le dernier tour, et remporte également la coupe du deuxième tour le plus rapide, la coupe de la meilleure performance amateur et le prix des femmes.

Les plus grands succès qui jalonnent la carrière d’Elisabeth Junek sont :

  • 1ère place à la course de côte de Zbraslav-Jíloviště (1926)
  • 2ème place dans la catégorie des voitures de sport de moins de 2 litres à la course de côte du Klausenpass (1926)
  • 1ère place dans la catégorie des voitures de sport de moins de 3 litres au Grand Prix d’Allemagne au Nürburgring (1927)
  • 1ère place au Coupé des Dames (1927)
  • 1ère place parmi les femmes pilotes au Grand Prix de Montlhéry (1927)
  • 5e place à la Targa Florio (1928)

Le Klausenpass était considéré comme la course de côte la plus difficile, mais aussi le premier départ à l’étranger pour Elisabeth. Bien que nous soyons au début du mois d’août, il y a beaucoup de pluie et même quelques averses de neige. Le circuit de 21,5 km présentait un dénivelé de 1 273 m du début à la fin, la ligne d’arrivée elle-même se situant à près de 2 000 m d’altitude. Quand Elisabeth a commencé sa course, une averse tropicale faisait rage dans les points les plus bas, il y avait du brouillard aux points intermédiaires et 6 cm de neige fraîche au sommet. Rudolf Caracciola a terminé en 20 minutes et 50 secondes à bord de sa Mercedes d’usine suralimentée. Elisabeth, au volant d’une Bugatti sport de deux litres à aspiration naturelle, a été plus rapide de 11 secondes.

Tragiquement, son mari Čeněk décède dans un accident de la route au Nürburgring le 15 juillet 1928, après quoi Elisabeth abandonne temporairement la course, mais continue à s’intéresser à l’automobile.

Au début de l’année 1929, elle entreprend un voyage de 6 000 km autour de l’Inde pour Bugatti avec leur modèle B-44, puis participe à la Targa Florio de 1929 en tant que commissaire. Dans les années 1930, elle co-écrit le livre Autokompas, et se rend brièvement en Espagne pour tester des voitures de course et officier en tant que responsable sportive. Elle participe à la conception du circuit Masaryk à Brno et est la principale organisatrice de la course qui s’y déroule. Usant de l’influence que lui confère son nom, elle parvient à convaincre de grands pilotes comme Louis Chiron de concourir à Brno. En octobre 1933, elle prend un poste permanent dans le nouveau département de production de pneus de Jan Baťa, responsable du commerce de gros.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle participe au mouvement de résistance intérieure et, lors du soulèvement de Prague en mai 1945, elle met son appartement à la disposition du commandement militaire tchécoslovaque comme point d’observation.

Après la guerre, Elisabeth Junek continue à travailler dans l’industrie du pneu. Après la fusion des entreprises Baťa, Rubena Náchod et Matador, elle crée la marque Barum et conserve la police de caractères stylisée Baťa, que Barum utilise encore aujourd’hui.

Elle participe également à l’organisation des courses sur le circuit Masaryk, des courses de motos Speedway et tout-terrain, ainsi que des compétitions internationales d’enduro de six jours organisées en Tchécoslovaquie. Pour ses exploits en course, elle est invitée à devenir membre du très exclusif CIAPGP (Club international des anciens vainqueurs de Grand Prix) en 1964. En sa qualité de membre actif du CIAPGP, elle est responsable des événements organisés en Europe de l’Est et, en août 1983, elle est déléguée au Grand Prix de Hongrie.

En 1966, elle participe à l’historique 50e édition de la Targa Florio et au Premier Tour de la Principauté de Monte Carlo avec Alois Samohýl dans sa Laurin & Klement 1908, revenant ainsi sur le devant de la scène internationale.

Au fil des ans, elle devient membre de nombreuses associations automobiles étrangères honorables. En août 1986, elle participe aux célébrations du 25e anniversaire de l’American Bugatti Club à Rockport, dans le Maine. En 1987, le club lui dédie une sculpture du sculpteur américain Tom Malahn (alias Le Garagiste), représentant une scène avec des rochers lors du dernier tour de la Targa Florio de 1928.

Toujours en 1987, elle participe au 60e anniversaire du 1er Grand Prix d’Allemagne au Nürburgring et en 1988, le président français François Mitterrand et son épouse lui rendent visite à l’hôpital Pod Petřínem dans le cadre de leur visite d’État en Tchécoslovaquie.

En raison de sa santé déclinante, elle n’est pas en mesure de participer en 1991 à la présentation de la dernière Bugatti 110 commémorant le 110ème anniversaire de la naissance d’Ettore Bugatti. À cette occasion, le fabricant de médailles français C. Gondard crée une pièce de 15,5 cm de diamètre avec Ettore Bugatti au recto et Elisabeth Junek au verso, qui est remise à cette dernière à Prague.

Un buste commémoratif d’Elisabeth Junek est dévoilé ultérieurement dans le bâtiment qui abrite l’Automobile Club de la République tchèque.

« Je n’oublierai jamais Mme Elisabeth Junek. Je la vois encore très distinctement devant moi, avec ses cheveux blond cendrés, sa silhouette tendre et sa douce voix chantante. Cette remarquable petite Mme Junek est tout sauf un garçon manqué aventureux qui se battrait avec les puissants chevaux cachés sous le capot. Lorsqu’elle était assise au volant de sa Bugatti jaune et noire, elle était toujours aussi féminine et élégante que si elle était assise dans son propre salon, regardant par la fenêtre le magnifique panorama de la “ville dorée” » – Alfred Neubauer, longtemps directeur de l’équipe Mercedes Benz.

« J’ai prouvé qu’une femme pouvait atteindre le même niveau que les meilleurs hommes dans mon domaine, mais ce n’est pas si important. Ce qui est important, c’est la preuve que la femme peut se développer en fonction de ses propres qualités et capacités féminines naturelles. Nous avons trop souvent tendance à expliquer nos échecs en disant que la nature est ainsi faite. Il est plus utile de moins se plaindre et de s’entraîner davantage. On constate alors que de nombreux handicaps peuvent, en fait, être surmontés ». – Elisabeth Junek

Adapté d’un article de Stan Minarik

Photos : Avec l’aimable autorisation des archives de la famille Junek

Partagez cette histoire, choisissez votre plateforme !

Formulaire de demande d’événement